Madagascar, une terre entre richesse et dénuement

Edward décembre 13, 2013 Commentaires fermés
Madagascar, une terre entre richesse et dénuement

Pays riche en ressources pour certains, pays à la pauvreté endémique pour d’autres, Madagascar est certainement riche de contractions. Ces dernières s’expliquent à la fois par la géographie mais également l’histoire de la « Grande Ile ».

Mada« Le pouvoir est fait non pour servir le pouvoir des heureux, mais pour servir la délivrance de ceux qui souffrent injustement ». Il s’agit hélas d’une maxime de l’Abbé Pierre que peu de dirigeants malgaches ont suivi. La corruption, la spoliation et le copinage institutionnalisé dans un contexte de crise ont rendu l’autorité de l’Etat illégitime, d’où l’instabilité politique récurrente du pays que nous connaissons depuis plus de 5 ans. La centralisation du pouvoir calqué sur le modèle colonial* a-t-il aujourd’hui un sens là où tant de disparités subsistent dans le pays ? Tout d’abord, sur le plan climatique, Madagascar est contrasté. La désertification du Sud de l’île est réelle. Elle est renforcée par une pluviométrie faible de ces dernières années mais surtout par le développement d’espèces envahissantes tels les criquets qui dévorent des immenses étendues de plaines végétales. Cette désertification est également renforcée par la culture sur brûlis qui est certes culturelle, mais conduit au déclin de la biodiversité dans l’île notamment. Les hauts plateaux de l’île sont naturellement plus fertiles, ils bénéficient d’un climat plus humide et plus froid. Le deuxième contraste est ethnique.  Bien que la population malgache soit en grande partie originaire d’Indonésie**, on recense près de 18 ethnies dont chacune dispose d’un dialecte particulier – cohabitant avec 2 langues officielles nationales –. Ces ethnies sont localisées géographiquement même si les grandes villes sont propices à plus de mélange. L’autre disparité est liée aux revenus. Il faut savoir que plus de 80% des malgaches vivent avec moins de 2 euros par jours, mais que la richesse produite est détenue entre les mains d’un nombre réduit de personnes.  L’inflation touchant les matières premières n’a rendu que précaires les populations déjà durement touchées. La richesse existe pourtant. Le pays regorgeant de pierres et bois précieux, de vanille (premier producteur mondial), de café, de cacao, de riz (le pays exportant l’essentiel de sa production à l’étranger), d’huiles essentielles etc. La culture biologique a par ailleurs été largement développée faisant du pays un précurseur en la matière.

Quelles sont les solutions en vue pour apporter plus d’égalité dans un pays qui a largement les moyens de sortir ses habitants de la pauvreté ?

Mada2Favoriser une relance économique dans un contexte d’instabilité politique est délicat. La première priorité est de combattre la corruption qui opère à différents niveaux de l’Etat. La mise en place de projets de développement d’entreprises sociales et solidaires financées avec l’aide de capitaux étrangers (sans contrepartie de dividendes cependant) pourra être un second axe de développement menée par les population elles-mêmes. Madagascar est un pays riches d’opportunités, à la population jeune et optimiste en dépits des aléas. Le succès réalisé par la Grameen Bank au Bangladesh en développant entrepreneuriat social pourrait être répliqué à Madagascar dans des contextes assez similaires.

*La centralisation du pouvoir dans l’île n’a pas été néanmoins initié à la colonisation française. En effet, la volonté des royaumes Merina des plateaux centraux de soumettre l’ensemble de l’île à son autorité est un fait précolonial.

**On date plusieurs vagues de migrations dont les premières débutent au 5ème siècle avant JC

Comments are closed.