Vers une langue universelle ?

Edward décembre 20, 2015 0
Vers une langue universelle ?

De la nécessité de parler une langue commune à tous

Les principaux problèmes locaux ou mondiaux viennent souvent d’un manque de communication. Savoir bien communiquer relève avant tout de la compréhension d’autrui.

La langue constitue à la fois un héritage culturel et une identité à part entière

La diversité des langues apporte une richesse au monde par la diversité des concepts qu’elles renferment et qui reflètent la pensée d’une culture à laquelle elles se réfèrent. Le problème de ces différences linguistiques est que nous sommes amenés à évoluer dans un monde culturel plutôt qu’un autre. En effet, il est plus difficile d’interagir avec une culture dont nous ne maîtrisons pas la langue. Il semble aujourd’hui qu’une langue internationale se soit constituée : l’anglais. Ce choix s’explique principalement par deux choses : l’ancienne colonisation impériale des Anglais – constituant le plus grand empire de l’histoire – et l’hégémonie américaine. Cette domination mondiale historique et économique a formé le socle d’une relation de soumission entre les peuples et une langue. Les peuples devant se conformer à cette norme qui en fin de compte leur a été imposée par la force. Comment dès lors envisager le rôle émancipateur d’une langue lorsque cette dernière n’est optée que sous la contrainte, directe ou induite ? Par ailleurs, comment s’approprier une langue lorsque cette dernière ne possède pas les concepts qui constituent notre propre identité culturelle ?

A titre d’exemple, l’anglais véhicule aujourd’hui principalement une culture commerciale et marchande, aux antipodes du sanskrit qui renferme notamment de nombreux concepts spirituels que l’anglais ne pourrait traduire.

La paix par le langage

La paix des peuples passe par un humanisme universel. Cet amour d’autrui prend pour base l’empathie qui reconnaît volontiers l’existence d’une humanité commune par delà les cultures. La possibilité de communiquer dans une langue universaliste qui renfermerait l’ensemble des concepts de l’humanité et qui ne prendrait pas le parti d’une base linguistique  – contrairement à l’espéranto qui possède un socle latin très important – , phonétique, ou scripturale, pourrait être l’un des chemins d’une paix mondiale. La création de cette langue universaliste devrait donc être entreprise par des ethnologues, anthropologiques, sociologues et linguistes du monde entier. Elle constituerait un objet vivant qui évoluerait au fur et à mesure des découvertes scientifiques pour continuer à toujours incarner la réalité de la diversité des cultures humaines.

Les quantités d’énergie et de temps déployées pour apprendre de nouvelles langues pourraient être ainsi redirigées vers l’apprentissage des concepts d’une seule et même langue. En apprenant ces nouveaux concepts – plutôt qu’en apprenant la traduction de concepts que nous connaissons déjà –, nous pourrions nous rapprocher finalement de l’ensemble des cultures du monde et incarner la paix par une meilleure compréhension de l’Autre.

Related Post

Leave A Response »

You must be logged in to post a comment.