La philosophie Jedi au quotidien

Edward février 22, 2016 0
La philosophie Jedi au quotidien

Aussi étrange que cela puisse paraître certains fans de Star Wars ont décidé de suivre les préceptes de la philosophie de la « Guerre des Etoiles » (ou des « Guerres de l’Etoile » selon sa traduction littérale avérée).

En quoi consistent les préceptes de cette philosophie ?

La Saga Star Wars a emprunté en réalité de nombreux concepts issus de courants de pensée différents. Les sources étant diverses, nous pouvons néanmoins citer : le Bushido japonais (a fortiori le bouddhisme Zen), la confucianisme, le Taoïsme ou le christianisme. Nous allons voir comment la « religion Jedi » fait la synthèse de ces différents courants de pensée en offrant un syncrétisme qui touche un public universel.

Tout d’abord, la philosophie Jedi est avant tout basée sur une approche guerrière et insiste notamment beaucoup sur la relation avec la mort. Le padawan, ou Jedi en devenir doit peu à peu imprégner son esprit d’un détachement vis-à-vis de la mort pour mieux la surpasser. Cette réflexion sur la mort est très proche du bouddhisme Zen qui tend à promouvoir un détachement absolu à l’égard de la matière afin d’opérer à une libération de l’esprit au-delà du corps. Cette relation entretenue tout au long de la vie du Jedi suit fidèlement aussi le code de vie des samouraïs : le bushido (littéralement « la voie du guerrier »). Ce chemin initiatique a pour but de renforcer la volonté et la force de l’apprenti afin de développer chez lui les valeurs guerrières de courage, de justice, d’abnégation, de rectitude, de bienveillance et d’honneur. Ces valeurs chevaleresques se retrouvent également dans la tradition de littéraire du roman de geste destiné à dépeindre les vertus nobles et admirables requises chez tout chevalier digne de ce nom. La constante quête d’équilibre et de droiture face à l’adversité qui témoigne de la tempérance et de la mesure du Jedi rejoint la conception taoïste de l’existence qui prononce le juste milieu en tout chose.

L’approche chrétienne de la philosophie Jedi est reprise par la conception manichéenne du monde ainsi que des sentiments qui animent les individus : les côtés clairs et obscurs de la force rappellent le divin et le malin. Un Jedi doit se préserver du malin ; la meilleure manière d’y arriver est de cultiver le divin qui est en lui et faire attention par ailleurs à ne pas tomber dans le péché de la chair. Ainsi, le Jedi, par son abstinence volontaire et son sens du sacrifice se rapproche tout à fait des moines guerriers appartenant à différents ordres (Templiers, hospitaliers etc.) créés lors des expéditions en croisades pour la protection des pèlerins .

Le Jedi est reconnu par ses pairs, il y a une forte structure hiérarchique au sein des Jedi. L’ordre Jedi s’organise telle une confrérie hiérarchisée, dont les membres acquièrent un statut grâce à leur sagesse et leur travail. Cette caractéristique ressemble à la structure hiérarchisée voulue par le Confucianisme qui insiste notamment sur l’importance donnée aux aînés ainsi qu’à la morale de chacun dans le groupe.

Leave A Response »

You must be logged in to post a comment.