Le monde réel victime du monde virtuel

Edward février 27, 2016 0
Le monde réel victime du monde virtuel

Quand l’humain veut être une machine

Ce qui caractérise notre époque est peut-être cette idée de l’ininterruption de l’activité ou du travail. L’émergence d’outils de communication performants nous a conduits à une certaine dépendance à l’égard de ces derniers qui nous rendent plus ou moins esclaves. Nous avons de moins en moins de temps pour nous-même : moins de temps pour dormir, pour penser, pour nous cultiver réellement ou tout simplement pour ne rien faire. Dans le monde d’internet, la durée d’obsolescence de l’information est très courte, ce qui nous contraint à être connectés constamment afin de ne pas « manquer » quelque chose.

Il y a clairement aujourd’hui la création de deux mondes : le premier étant le monde réel basé sur le rythme biologique, géologique ou solaire. Il s’agit du monde dans lequel vivent les plantes, les animaux et les humains qui appartiennent normalement aussi au monde du vivant. Le second monde qui s’est constitué est le monde de l’information, le monde d’internet, le monde virtuel. Jusqu’à récemment le monde de l’information n’avait pas une réelle emprise sur le monde réel puisque les moyens de communication étaient limités et n’avaient pas cette caractéristique intrusive. Or, on constate à présent que le monde virtuel est aujourd’hui hyperpuissant, il se développe grâce à un monde de plus en plus connecté. Il peut même parfois donner l’illusion de se substituer au monde réel, c’est l’un des problèmes majeurs auquel « l’homme moderne » fait face de nos jours : l’humain qui appartient au vivant tente de vivre dans un monde géré par des machines (des serveurs informatiques, des processeurs, etc.) ou des programmes informatiques (logiciels, applications etc.). L’homme se sent dépassé car bien évidemment sa célérité n’atteindra jamais celle d’une machine.

C’est pourquoi le monde réel devient de plus en plus infernal car il singe désespérément le monde des machines comme cela a pu être le cas lors de la révolution industrielle. Cette dernière a chamboulé la vie réelle où la productivité et la performance ont pris le pas sur l’humain dans le travail d’abord mais ensuite sur l’ensemble de la société et sur la relation entre les individus.

La révolution numérique est le deuxième « coup de massue » octroyé au monde réel. Le monde virtuel peut être une chance tout simplement si l’on sait en faire bon usage, s’il aide notamment à promouvoir l’humanisme, la paix, la tolérance (les valeurs du monde réel, humain et non celles de la machine) etc. ET s’il garde toujours un rôle subordonné, secondaire face au monde réel, ce qui est la menace majeure en vue.

Leave A Response »

You must be logged in to post a comment.