La gauche renie ses idéaux, la droite se perd face à son « pragmatisme »

Edward mai 1, 2016 0
La gauche renie ses idéaux, la droite se perd face à son « pragmatisme »

Une patience infinie produit des résultats immédiats. Voilà une maxime confucéenne qui pourrait illustrer la pensée de gauche sauf que les résultats se font encore et toujours attendre. La vision de la gauche française s’ancre dans un socle de valeurs humanistes, sociales et « civilisatrices » (selon les mots de Jaurès). A cette vision prometteuse mais aussi moralisatrice (par son universalisme prôné) s’oppose l’approche de la droite française elle établie dans un ensemble de valeurs traditionnelles. Ces mêmes valeurs ont su intégrer des influences économiques et sociales elles empruntées au monde anglo-saxon comme notamment et plus récemment un certain libéralisme. Devant des jeux de valeurs différents, on remarque qu’aujourd’hui la droite et la gauche ne veulent tout simplement rien dire au regard de l’action politique respective de ces deux courants. L’universalisme auquel semblait adhérer la gauche, vient se fondre avec l’approche « pragmatique » de l’économie, « en donnant son âme au diable » enfin en la livrant à la finance. Il semblerait que l’étendard de la gauche devienne un leurre : la « gauche » au pouvoir revendique l’appartenance de valeurs qu’elle n’incarne plus dans son œuvre politique. La droite quant à elle se demande également ce qu’elle est. Tout le monde est perdu. Alors l’idée commune à de nouveaux prétendants à la prochaine élection présidentielle émerge : celle de revoir les clivages. L’idée étant de ne plus parler de gauche ou de droite mais de : conservateur face au progressiste, ou peuple face à l’oligarchie, voire dans les cas extrêmes « français de souche » face au « français de papier » ou immigrés. Ces propositions sont autant « d’éclats » des vases brisés que sont la gauche et la droite.

Les gens en ont marre de la politique, il veut de l’action, une remise à plat des institutions en bonne et due forme qui serait propice à un lavage complet d’une classe politique bien au chaud, celle qui a oublié ce que c’était d’être un français comme les autres celui du quotidien. Elire des maîtres tous les cinq ne permet par un peuple de vivre dans une démocratie par définition : une démocratie représentative ne pourrait être qu’un ersatz de démocratie.

Leave A Response »

You must be logged in to post a comment.