L’ère de la non-violence est arrivée ?

Edward novembre 12, 2016 0
L’ère de la non-violence est arrivée ?

La non-violence devrait-elle être la voie de notre espèce ?

La violence semble être une réaction de chacun face à l’injustice. Pourtant, ne pourrait-on pas parler de deux types réactions ? La première est somme toute naturelle, puisque nous la partageons avec les animaux, celle de répondre à la violence par la violence. L’autre est d’une autre dimension puisqu’elle implique un combat avec soi-même. L’assaillant en nous imposant sa violence, il veut avant tout faire germer en nous des sentiments obscurs, que nous n’aurions pas éprouver sans notre confrontation avec lui.L’erreur est de croire qu’en répondant par la violence, nous pouvons expier ces sentiments, il semble que cela soit le contraire. En exprimant à notre tour cette violence, qu’elle soit verbale ou physique, nous laissons dans notre corps, notre voix, notre esprit voire notre âme, la marque de cette souillure. La violence marque l’être au plus profond de lui-même. Pour se débarrasser de cette « saleté », il ne convient pas de la répandre autour de soi. Les maculations que sont la haine, la peur ou la colère doivent donner lieu à un travail intérieur, certes difficile, le seul étant réellement salvateur.

Le « mal » nous conquiert si et seulement si nous le laissons entrer. Les injustices qui croisent notre chemin doivent être perçues comme autant d’épreuves afin de nous faire progresser en tant qu’humains. Toutes ces contrariétés doivent provoquer chez nous une réaction (une émotion) donnant lieu à une réflexion, et enfin celle-ci doit conduire à l’action juste. Le problème contemporain est que nous sommes bombardés d’images négatives,  soumis à des paroles blessantes ou bien exposés à des modèles qui n’en sont pas. Nous finissons soit par suivre des leurres qui nous font perdre les repères moraux ou tout simplement, nous devenons insensibles au monde pour mieux nous protéger. Notre cœur se change en pierre, il ne peut plus dès lors effectuer le travail de « nettoyage » des souillures. Nous croyons être protégés, mais en fin de compte, cette insensibilité n’est pas de l’amour, et tout ce qui ne relève de l’amour se place d’une certaine façon du côté de la violence. Il y a dans l’insensibilité une violence et aussi une forme d’impuissance, celle de ne pouvoir totalement faire face à la violence.

La non-violence implique un combat permanent entre nous et nous-même. Etre confronté à la violence épuise notre âme si nous ne prenons pas des précautions. Il existe différentes manières de ressourcer notre être, l’une d’entre elle, la plus mystérieuse sans doute, est de cultiver un lien intime avec la transcendance. C’est cette entité supérieure qui sublime et finalement nettoie les maculations accumulées. Sans elle ou sans un autre soutien « énergétique », il est difficile de persévérer sur le voie de la non-violence.

Leave A Response »

You must be logged in to post a comment.